La Fédération Egyptienne de Squash dédie son titre de Championne du Monde par Equipe Femmes à
Feu
Dr Samiha Abou Elmagd

Le jour où le Squash Egyptien est devenu orphelin

Dans la nuit du 5 mai 2018, la lumière qu'était Dr Samiha Abou ElMagd s'est éteinte.

Après six ans d'une bataille acharnée contre un cancer des ovaires, la "Mère du Squash Egyptien" a décrété qu'il était temps de se reposer.

Membre éminent de la Fédération Egyptienne de Squash de 1992 à la fin de 2017, le Dr Samiha - c'était son surnom dans le monde du Squash car elle était chirurgienne spécialisée en optalmologie - s'est battue contre vents et marées pour créer la première équipe féminine Egyptienne de Squash.

En 1993, elle a entraîné avec très peu de moyens son équipe, les a amenées aux Championnat du Monde juniors par équipe. Incroyable performance de cette toute jeune équipe qui crée une énorme surprise en battant l'Angleterre pour arracher une médaille de bronze.

"Nous nous sommes rendues à Anvers en 1999 pour la même compétition junior, et nous l'avons gagnée" disait-elle il y a quelques mois. "Et avec cette même équipe, sauf une des joueuses qui fut blessée dans un terrible accident de voiture, nous avons gagné la compétition senior en 2000 à Edinbourg.

Raneem El Welily, la première athlète Egyptienne à atteindre la place de numéro 1 dans aucun sport  fait partie de cette génération couvée par Dr Samiha.

Elle déclarait à l'issue du dernier Championnat du Monde Féminin par Equipe "Nous voudrions dédier ce titre et cette victoire au Dr Samiha, sans elle, nous ne serions pas ici, et le Squash Egyptien Féminin ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui.

"Ce titre est pour elle,"
concluait la Championne du Monde individuelle en titre.

Sa coéquipière de 2016 - et de bien d'autres tournois par équipes - Omneya Abdel Kawy, a été également dévastée par la nouvelle de sa mort. "Je n'arrive pas à croire qu'elle est partie, et qu'elle ne sera plus là pour me conseiller, me soutenir et m'encourager.

C'est elle qui a persuadé mes parents de me laisser partir faire mon tout premier British Open Junior, j'avais 10 ans. Et depuis ce moment-là, elle n'a jamais cessé de me pousser à m'améliorer. Elle ne ratait jamais un de mes matches, et me donnait ses notes à la fin.

Que j'ai eu de la chance de la rencontrer, et aussi de gagner à ses côtés mon dernier titre en 2016 à Paris. Je suis tellement contente que les filles aient non seulement conservé le titre, mais qu'elles l'aient dédié au Dr Samiya.

Elle le mérite. Et elle me manque terriblement "
termine Omneya.

"Dr Samiha était l'un des piliers de notre sport, de notre pays, de notre Fédération" déclarait le Président Assem Khalifa. "Elle était déterminée, et avait une force sans égale. Nous n'étions pas toujours d'accord, mais j'écoutais toujours ses conseils, car elle parlait avec son coeur et avec honneur."

"Le jour où elle nous a quitté était un jour bien sombre, elle me manque, elle nous manque énormément.

"Nous ne pouvons pas ne pas lui dédier cette victoire par équipe, un titre qu'elle avait gagné avec les filles à Paris en 2016, titre que ses joueuses ont farouchement conservé en Chine.

Nous allons continuer de travailler très dur pour que l'Egypte continue à gagner titre après titre, et pour conserver sa mémoire et son héritage vivant,"
nous a confié le President Khalifa.

Mona Makhlouf, la fille du Dr Samiha, a ajouté

"Ma maman vouait une véritable passion à "ses filles" et au squash. La dernière page sur internet qu'elle a consulté avant d'être transportée aux soins intensifs était Pharaohsquash.com, la page de la Fédération. Je l'ai vu de mes propres yeux alors que l'infirmière la transportait hors de la chambre.

Elle ne ratait jamais un match de squash, surtout ceux des filles, même s'ils étaient diffusés à 3h du matin.

Je sais dans mon coeur qu'elle était à leurs côtés lors de cette compétition et qu'elle leur a murmuré "bravo, bien joué, je suis tellement fière de vous" tandis qu'elles remportaient ce titre, avec un immense sourire aux lèvres,"
concluait Mona.


Nour El Tayeb et Omar Elborolossy devant le Court n°3 du Club Heliopolis au Caire
rebaptisé "Dr Samiha Aboulmagd"

Powered by SquashSite

www.PharaohSquash.com